L’ETOILE DE MER

Photo de Manuel Bougot

Photo de Manuel Bougot

Dès que les plages de la côte méditerranéennes eurent été rendues au public, après la fin de la seconde guerre mondiale, celle de Roquebrune Cap Martin devint la destination dominicale privilégiée de la famille Rebutato, aux beaux jours. On partait de Nice en train, avec les paniers du pique-nique et les cannes à pêche pour passer la journée à l’ombre d’un superbe pin parasol, à l’extrémité de la plage du Buse, à proximité des sources d’eau fraîche s’échappant de l’anfractuosité des rochers.

En 1948, Thomas Rebutato, le chef de famille, plombier-chauffagiste de son état, et grand amateur de pêche, réalise son rêve : posséder une parcelle de terre à proximité de la plage, pour y installer un « cabanon » de pêcheur destiné à abriter le matériel de pêche et les ustensiles devant permettre de cuire sur place le produit de la pêche dominicale. Il acquiert de la famille Devissi un terrain d’environ 2.000 m2 surplombant les rochers, immédiatement à l’est de la plage du Buse. Il imagine alors, afin de « rentabiliser » l’acquisition, d’implanter six constructions d’habitat minimum, permettant de passer les fins de semaine en bord de mer. Un architecte niçois établit un projet, les autorisations municipales sont obtenues, et les travaux sont engagés pour réaliser le prototype d’une habitation-type* destinée à la commercialisation du programme.

Peu de temps avant l’achèvement du prototype, à l’été 1949, Thomas « bazarde » son entreprise, abandonne le projet de réaliser et vendre les cinq autre unités, et décide d’ouvrir un petit « bistrot – casse-croûte », accessible, depuis le « sentier des douaniers » qui longe le littoral, aux nombreux promeneurs et aux baigneurs qui pique-niquent sur la plage du Buse. Il baptise le lieu « L’Etoile de mer – Chez Robert ».

Le destin frappe à la porte de la toute nouvelle enseigne : le premier client, occupant momentané de la toute proche « villa blanche » (d’Eileen Gray & Jean Badovici), propose à Thomas d’y prendre pension pour les repas, pendant une semaine, avec toute son équipe ; il se présente, « Le Corbusier ».De ce jour de juillet 1949, est née l’amitié de Le Corbusier et son épouse Yvonne pour la famille Rebutato, et commence l’histoire du site, dont l’Etoile de mer constitue le pivot qui liaisonne la villa E.1027 isolée sur ce coin de côte depuis 1929, et le Cabanon Le Corbusier qui sera construit en 1952.

Indépendamment de ce prestigieux voisinage, l’Etoile de mer a déroulé son propre parcours. D’abord fréquentée par les campeurs, qui s’installent sur les restanques de la propriété, par les pique-niqueurs venant se rafraîchir, et par les joueurs de cartes ou de boules et autres amateurs de « pan-bagnats », elle devient peu à peu un vrai restaurant offrant les spécialités régionales mitonnées par « Madame Robert », et un bar en terrasse particulièrement apprécié des promeneurs de toutes nationalités. En outre, des « pensionnaires » s’installent, à la belle saison, dans les chambres des Unités de camping à partir de 1957/58.

Peu de temps après le décès de Le Corbusier en 1965, Thomas et Marguerite Rebutato arrêtent la restauration pour ne plus accueillir que les clients du bar et des vacanciers en location dans les Unités de camping.

Thomas décède en février 1971 ; le bar et les locations perdureront sous la houlette de Marguerite jusqu’en 1984.

L’ensemble de l’Etoile de mer avec les Unités de camping deviendra propriété du Conservatoire du Littoral en septembre 2000, par donation de la famille Rebutato.

 

Robert Rebutato

 

* Il s’agit d’un mode constructif très simple :

- des structures verticales et horizontales en madriers de bois

- des panneaux de remplissage composés de 2 plaques d’éternit-ciment avec    un vide central, de 10 cm environ, rempli de sciure de bois pour l’isolation   thermique

- Une toiture en éternit-ciment reposant sur la structure bois

- Les plafonds sont constitués de feuilles d’isorel dur et le sol est en parquet   bois sur vide-sanitaire